Je me souviens…

Je me souviens… de mon enfance

Je ne puis avoir de réels souvenirs de ma tendre enfance.
Je sais que mes parents, après se sont établis à l’angle de la petite place (Place des Héros) – à la place actuelle de la fromagerie Leclercq, dans un commerce d’épicerie fine mais qu’ils ont du se retirer en 1929 car ce magasin était grand et tout le bas était occupé par les produits.

Je me souviens… qu’il ne nous était pas conseillé d’entrer pour ne pas gêner la clientèle, ce que je comprends parfaitement. Maman était trop en va et vient auprès de l’escalier pour nous voir, ma sœur Marie-Thérèse et moi-même.

Il n’y avait pas encore l’électricité dans les maisons ; on avait le gaz de ville qui brillait très fort, c’était dangereux le gaz de houille !
Nous étions avec notre « Bon Papa » et passions notre temps en sa présence…
Les dimanches matin, nos parents allaient à la messe très tôt à Saint Jean-Baptiste car après il fallait mettre de l’ordre dans les nombreux rayons – assurer le repas du midi et veiller aux travaux ménagers.
Ma sœur et moi, allions à la messe à la Cathédrale (déjà en réfection à cette époque) avec Bon Papa.

La cathédrale, patiemment a été rebâtie. On a reconstruit sur ce qui était encore valable, mais le travail de reconstruction fut plus long et plus difficile ainsi ! On n’a pas relevé les maisons qui, sur la rue Méaulens l’enserraient autour du tout récent square créé. La massive cathédrale malheureusement ne gagne rien à être mieux vue.
Les marches qui vont de la rue Albert 1er roi de Belgique, à la porte de sortie de la cathédrale n’existaient plus pour se rendre en l’église, il fallait donc descendre sur des planches avec une rambarde installée le long de cette espèce de passerelle.

Je me souviens… qu’à cette époque, on n’avait accès qu’à la chapelle de la Vierge au fond de l’abside.
Nous passions devant une énorme statue de Saint Antoine de Padoue tenant droit dans sa main l’enfant Jésus. Cette statue était colorée de marron…

Mais revenons petite place :
J’ai vu grandir l’Hôtel de Ville et le Beffroi, de jour en jour depuis 1924, derrière leurs palissades et leurs échafaudages, les ouvriers… je m’en souviens très bien ! L’architecte était Monsieur Peulabeuf.
La première pierre a été posée le 24 août 1924.
L’Hôtel de ville et le Beffroi ont été inaugurés le 21 août 1932 par Monsieur Marchandeau – Sous-Secrétaire d’Etat à la présidence du Conseil.
Et les vrais Arrageois furent heureux et ne s’inquiétèrent pas de connaitre si les fondations, l’armature du beffroi étaient solides… Maintenant celles-ci sont en béton au lieu de vieux grès soudés d’antan (cette affirmation est encore visible donc prouvable, lorsque vous utilisez l’ascenseur actuel qui vous fait gravir le beffroi).
Bref, le Beffroi est debout !

J’ai entendu pendant des jours, des mois, des années le bruit des scies passe-partout à deux mains, qui débitaient la pierre !

Un commentaire »

  1. Claudette Beaujean ep Girard says

    Que d’émotione en lisant tout cela , je me souviens de presque tout et c’est un grand plaisir de faire resurgir tout ce passé.Je suis restée à Arras de 1939 à 1967 et c’est toute mon enfance…..

    1 Juin 2014 | #

Laisser un commentaire

:mrgreen: :neutral: :twisted: :shock: :smile: :???: :cool: :evil: :grin: :oops: :razz: :roll: :wink: :cry: :eek: :lol: :mad: :sad:

RSS feed for these comments. | TrackBack URI

Méta