Je me souviens…

je me souviens… de mes premiers jours en tant que soldat

J’ai pris le train Arras – Tours car j’étais soldat et fier de l’être – Engagé volontaire pour partir à la guerre !

A Tours, nous devions être réceptionnés par l’armée mais personne ne nous attendait ; à force d’attendre, nous nous sommes regroupés… nous les Bleus. Sans trop se connaître, nous avons été prendre un pot en ville.

Je me souviens…, nous buvions des  » fillettes  » de vin blanc de Touraine, puis le temps passait, passait.

Finalement pris de crainte d’être portés déserteurs, nous avons pris quelques taxis pour nous rendre à la base aérienne.

Ce n’était pas celle qui nous attendait et notre arrivée amena quelques perturbations administratives dans les bureaux militaires. Bref, nous étions toujours en civil et l’on nous a embarqués dans un petit autobus. Le chauffeur était mécontent et méchant à notre encontre. Arrivé près de Mettray, il a braqué brusquement vers la droite, en plein sur un ponton gravissant une rame de train de marchandises : il y eu 29 morts sur 32 jeunes recrues que nous étions – écrasés, broyés…

Incroyable, je me suis retrouvé à cheval sur un tampon de wagon et je revis tout en roulant, le bus s’écraser !

Grâce à Dieu, je n’ai eu que de légères blessures : deux doigts de la main gauche abîmés, c’était le 25 novembre 1939.

Je me souviens… être passé sous les raccordements des wagons pour arriver à la petite gare où le train devait s’arrêter. Là transféré à l’hôpital militaire de Tours, j’y suis resté jusqu’au 24 décembre 1939.

Je me souviens… que le major militaire, me voyant dans les blessés – vêtements déchirés, maculé de sang, m’a dit : « Mais qu’est-ce que tu fais là ? » Il m’avait pris pour un gamin ayant fait des fredaines.

J’ai relevé fièrement la tête et lui ai répondu : « Je suis soldat engagé, mon Capitaine. » Je m’en souviens parfaitement !

Triste souvenir, nous avons assisté (les rescapés) aux funérailles nationales des 29 petits gars, engagés et patriotes et lors de cette cérémonie, nous avons été décorés – j’avais, nous avions, 17 ans !

A l’hôpital, j’étais la mascotte – sans doute, un des plus jeunes soldats !

Laisser un commentaire »

Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

:mrgreen: :neutral: :twisted: :shock: :smile: :???: :cool: :evil: :grin: :oops: :razz: :roll: :wink: :cry: :eek: :lol: :mad: :sad:

RSS feed for these comments. | TrackBack URI

Méta