Je me souviens…

Je me souviens… d’Arras (2)

Ah revenons bien en arrière, en 1935 : Je me souviens… du garage Lequette, rue de Lille, après ce fut Monsieur Guilbert, mon grand patron de chez Renault, mon grand Ami… à la gauche de cet établissement, les établissements Daubresse fabrique de machines agricoles où se construit maintenant en 2001, la fameuse résidence Minelle…
En traversant la rue, il y avait le petit café Gaillard dont le frère tenait l’imprimerie qui existe toujours à l’heure actuelle (mais pas le café).

Je me souviens… d’avoir vu un combat de coqs dans la cour de cette imprimerie…
Toujours rue de Lille comme on disait à l’époque, mais en fait la rue Roger Salengro, à l’endroit de la petite poste actuelle, il y avait un grand parc à moutons puis un peu plus loin les établissements Cage – concessionnaire Citroën – très grosse affaire du moment ! Les bureaux administratifs avaient place au niveau de la société Sneb – fournitures de bureaux, qui à ce jour toujours présente et en liquidation judiciaire. Puis en face des garages administratifs de la ville (toujours y siégeant).

Je me souviens… de l’imposante porte de Baudimont que l’on aurait dû conserver… Elle se trouvait au rond point du même nom ; il y avait deux passages assez étroits mais je l’ai connue en bon état, faisant suite aux fortifications de Vauban, d’où nous observons encore quelques vestiges le long du boulevard Besnier, sur l’arrière du nouvel hôpital d’Arras.

Je me souviens… avoir joué x fois dans les fossés de la citadelle. On disait déjà à l’époque que l’air de Baudimont valait l’air marin ??? Qu’est ce que j’ai pu jouer dans les fortifications ! Sans doute une âme de soldat, de guerrier…

Je me souviens… qu’au carrefour de la rue Delansorne / Gambetta, à cette époque, en plein milieu était juché un agent de police, sur une petite estrade (comme à Paris). Il n’y avait pas encore de feux tricolores et bien entendu, il n’y avait que très peu d’autos, donc de circulation. (Heureusement pour l’agent, car maintenant, il serait tout bonnement écrasé).

Je me souviens… du chemin de fer de marchandises qui traversait la Grand-Place, venant de la rue des Rosati, arrivant au poids public (bascule publique) pour stopper devant la brasserie Doutremepuich, place Sainte Croix de l’époque…
Il y avait également les rails (qui demeurent toujours) longeant le boulevard extérieur, le boulevard Schuman, près de la Scarpe, puis des rails également sur Saint Laurent-Blangy etc.
Tous ces rails servaient à faire circuler des trains qui alimentaient les très nombreuses usines de l’époque, autour d’Arras.

Je me souviens… des établissements Bracq à Achicourt, des usines Fauvet-Girel, Saint Sauveur, des Rosati, puis plus tard de Mathot, de Oldham (premier fabriquant de batteries en France) et combien d’autres ! Que reste- t il actuellement ? Aujourd’hui des friches industrielles (plus de chemiserie Rousseau) un vrai démantèlement !

3 commentaires »

  1. mle laldji nadia says

    Bonsoir,

    Je suis la fiancée de Jérôme Gaillard,le fils de Joel Gaillard , fils de Jean Gaillard
    Nadia Laldji

    7 Déc 2008 | #

  2. mle laldji nadia says

    Cordialement…..:smile:

    7 Déc 2008 | #

  3. auclair says

    Je recherche les coordonnées de joel gaillard ancien imprimeur à arras

    28 Août 2012 | #

Laisser un commentaire

:mrgreen: :neutral: :twisted: :shock: :smile: :???: :cool: :evil: :grin: :oops: :razz: :roll: :wink: :cry: :eek: :lol: :mad: :sad:

RSS feed for these comments. | TrackBack URI

Méta