Je me souviens…

Je me souviens… d’Arras (3)

Je me souviens… des vespasiennes à Arras ; maintenant il n’y en a plus que sur la place du théâtre – c’était cependant bien utile !
Il y en avait face au cinéma Palace, au bord du boulevard Faidherbe (emplacement actuel de la résidence Faidherbe, devenue résidence Europe), puis au bord de la Grand-Place, en sous – terrain, au coin de la rue du Cardinal, près du feu cordonnier. Il y en avait au marché aux poissons, proche de la caserne, puis au pied de la cathédraleJe me souviens… de l’octroi au milieu du rond point de Tchécoslovaquie. Les chariots à chevaux devaient s’arrêter et payer la taxe pour entrer en ville.
Il y avait un autre octroi (petite baraque fiscale de l’époque) à l’entrée de la ville, en venant d’Achicourt, à « la petite vitesse », sans doute pour taxer les maraîchers Achicouriens ?

Tout cela a bien changé, seul reste boulevard Faidherbe, au carrefour Louis Jouhaux, les vestiges du poids public. (Une construction banale qui n’a jamais été démolie, elle ne sert à rien, mais n’ennuie personne alors !!! on dirait une toute petite gare assez haute cependant.)

Je me souviens… de l’ancien Rietz Saint Sauveur, tout entouré de majestueux marronniers. Il n’y avait que cet emplacement comme terrain herbeux en pleine ville, bien que caillouteux et pentu en certains endroits – pourtant les enfants pouvaient y jouer à leur guise…
Durant la guerre 39/45, on y installa des baraquements pour y loger les sinistrés du Portel.

Je me souviens… qu’un jour où j’étais parti voir la maison rue Jules Mathon que nous avions quitté, être passé alors par le Rietz car la passerelle surplombant les rails, avait été bombardée (aujourd’hui, devenue inesthétique, cette dernière est partiellement détruite).

Je me souviens… lors de ce même souvenir marquant, d’un seul coup, avoir entendu, venant de la direction de Cambrai, une escadrille d’avions Allemands – ces derniers mitraillaient… Janine était avec moi, et nous n’avons eu que le temps de nous précipiter au sol, tout autour de nous, le paysage pris pour cible. Et nous nous dîmes pourquoi mitrailler de jeunes civils ?

Je me souviens… des nombreux bombardements sur Arras, plus spécialement ceux ciblant les quartiers Ronville et Saint Sauveur. En ville, mis à part le haut de la rue Gambetta menant à la gare, puis un peu proche de la cathédrale (qui n’a pas été épargnée) les bombardements étaient calculés.

Mon style est décousu, mais j’insiste : ce n’est pas un roman, mais simplement un modeste essai relatant des souvenirs, la Vérité !
J’écris au fur et à mesure de mes idées, un souvenir en entrainant un autre… et puis j’ai tant à dire.

2 commentaires »

  1. José says

    Bonjour,
    Sauriez vous si des photos existent des baraquements provisoires où ont été logés les Portelois pendant la guerre 39/45 ? Qui pourrais me servir de contact ? Je suis passionné de l’histoire du Portel et notamment de l’apoque des cités provisoires. merci d’avance de bien vouloir m’aider. José

    20 Déc 2007 | #

  2. GJ says

    Je me souviens … d’une vespasienne sur un côté de la place du rivage face à la rue de Jérusalem …

    25 Mai 2010 | #

Laisser un commentaire

:mrgreen: :neutral: :twisted: :shock: :smile: :???: :cool: :evil: :grin: :oops: :razz: :roll: :wink: :cry: :eek: :lol: :mad: :sad:

RSS feed for these comments. | TrackBack URI

Méta